Mobutu diabolisé, Mobutu béatifié
vendredi 8 septembre 2017

C’est le propre des peuples que d’adorer ce qu’ils ont brûlé hier. Et de brûler ce qu’ils ont adoré hier. La dialectique est parfaite. Mobutu Sese Seko, qui totalise 20 ans outre-tombe, en est une tout aussi parfaite illustration.
Voué aux gémonies, honni, vomi et banni, le Maréchal-Président semble sur la voie de la béatification. Qui sait ? A cette allure, s’en suivra peut-être la canonisation. Le référentiel "sous Mobutu, c’était mieux" est entonné même au-delà du cercle des mobutistes pur jus.
Des évocations, certes, où la nostalgie le dispute au mal de vivre qu’imposent la conjoncture et les limites de la gouvernance. Il n’en demeure pas moins que cette "mobutumania" est révélatrice du caractère évanescent voire lunatique de la mémoire collective.
C’est le même Mobutu que l’opinion zaïroise d’alors avait rendu responsable de tous les malheurs. Mieux, il était l’incarnation du mal, selon le titre du livre culte de Jean Nguz, publié au seuil des années 80 et dix ans plutôt, d’après l’essai de Cléophas Kamitatu. Devenu commandeur des opposants, Etienne Tshisekedi y était même allé de sa formule : "Même un enfant de huit ans sait que c’est Mobutu qui a ruiné le pays".
C’est donc cet homme dévalué démonétisé, diabolisé qui a quitté Kinshasa sur la pointe des pieds. A l’immense joie des Congolais. Moralité : la mécanique des peuples face à la légitimité des dirigeants fluctue en fonction des circonstances. Ici comme ailleurs.
Réclamé comme messie au crépuscule de la IVème République, le Général De Gaulle est sorti par la petite porte. Erodé par Mai 68. C’est après son départ du pouvoir que le mythe De Gaulle a repris.
Bien évidemment, on n’irait pas jusqu’à comparer le « premier des Français » avec l’ancien « Guide » zaïrois. N’empêche que dans son repos éternel, l’âme du Maréchal Mobutu trouvera sans doute des motifs de satisfaction dans cette espèce de reconnaissance posthume. José NAWEJ

Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?
vendredi 17 novembre 2017

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel (...)
lire la suite
Et si les Kinois décrétaient la mort de la "Ville morte " ?
jeudi 16 novembre 2017

Bye bye " ville morte " et bienvenue à l’évaluation. Un exercice vieux de plus d’un quart de siècle. Succès, échec. Mot d’ordre suivi massivement, appel (...)
lire la suite
Bon signe !
mardi 14 novembre 2017

L’avenue de l’Enseignement à Kasa-Vubu était en ébullition le week-end dernier. Pour cause, presque tous les partis politiques qui y sont situés (...)
lire la suite
L’après-gâchis
lundi 13 novembre 2017

En politique comme en sport, c’est le résultat qui dicte le commentaire. Ainsi, à moins de jouer au " qui perd gagne", la non qualification des (...)
lire la suite
Le compte à rebours a déjà commencé !
vendredi 10 novembre 2017

Dimanche 23 décembre…2018. Ça parait lointain. Un sursis pour les locataires hors bail à tous les niveaux du pouvoir rd congolais. Une éternité même (...)
lire la suite
D’accord, pas d’accord
jeudi 9 novembre 2017

Où l’on retrouve une classique des chamailleries politiciennes bien de chez nous. D’accord, pas d’accord. J’aime, j’aime pas. La publication du (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting