INVITE DE L’AGENCE OPTIMUM
Sam Mangwana à Kinshasa pour le Festival international de la rumba et de l’élégance
jeudi 15 juin 2017

L’artiste musicien Sam Mangwana séjourne à Kinshasa depuis le mardi 13 juin dernier. Arrivé d’Angola où il s’est implanté depuis une dizaine d’années, il vient prendre part à la première édition du Festival international de la rumba et de l’élégance (FIRE) qu’organise l’agence Optimum. Né en 1944 en RDC où il a passé toute sa jeunesse, ce chanteur polyglotte -il parle sept langues - sera au cœur de ce festival qui se déroulera simultanément à la place de la Gare et à l’hôtel Béatrice, dans la commune de la Gombe, du 30 juin au 1er juillet prochain.

Placé sous le parrainage de l’artiste musicien Lutumba Simaro, le parolier octogénaire qui préside aux destinées de l’orchestre ’’Bana Ok’’, ce rendez-vous culturel permettra au public de revisiter le riche répertoire de la rumba congolaise et de communier avec les monuments de cette musique qui vont agrémenter les différents spectacles.
Se confiant à ’’Forum des As’’, Sam Mangwana s’est dit heureux de retrouver sa terre natale. "Chaque fois que je me retrouve à Kinshasa, je me sens chez moi, affirme-t-il. C’est comme un évènement magique ! Car, je suis né ici, j’ai connu mon enfance ici, j’ai commencé ma carrière musicale ici ! Ce sera donc pour moi l’occasion de me ressourcer. Une occasion que m’offre l’agenceOptimum qui m’invite à agrémenter le Festival international de la rumba et de l’élégance".

FIERTE
"Cette invitation, poursuit-il, me permettra d’apporter ma contribution en tant que témoin et un des pionniersde la rumba congolaise, voire africaine. C’est une culture que j’avais trouvée dans ma jeunesse et qui a fait évoluer le Congo dans le temps, dans la région, et pourquoi pas l’Afrique noire !Parler de la rumba congolaise dans le monde, c’était vraiment une référence ! Nous l’avons réellement vécu, nous qui avons participé à des festivals en Europe, en Amérique et bien ailleurs dans le monde !"
"Aujourd’hui, je suis venu défendre, à ma manière, la richesse de la rumba, commente Sam Mangwana. La rumba, on doit le reconnaitre, a pris un essor fantastique au fil du temps. Elle influence maintenant les jeunes de l’extérieur qui l’adoptent à ce jour. On le sent en écoutant du zouglou, du zouk... Quand on écoute de plus près, on perçoit des petits bits de "kwasakwasa", de ’’kavasha’’... Bref, la rumba fait son chemin, traverse des époques... Il y a des modes qui viennent et qui partent, mais la rumba résiste. Elle est toujours là". Yves KALIKAT

Franco Luambo, toujours vivant dans les cœurs des mélomanes à Kinshasa
vendredi 13 octobre 2017

Ce fut un certain 12 octobre 1989 que mourait en Belgique, l’artiste musicien congolais Luambo Makiadi, dit Franco de mi Amor. 28 ans après sa (...)
lire la suite
Afrimma 2017 : Fally Ipupa glane deux trophées
mercredi 11 octobre 2017

Fally Ipupa a le vent en poupe. L’artiste congolais vient de remporter deux trophées aux African Muzik Magazine Awards (Afrimma) 2017. Le comité (...)
lire la suite
Théâtre : "Baabou roi, un dictateur sanguinaire malmène son pays"
vendredi 29 septembre 2017

Inspiré du célèbre Ubu Roi de Jarry et Macbeth de Shakespeare, " Baabou Roi " met en scène l’arrivée au pouvoir d’un dictateur sanguinaire dans un Etat (...)
lire la suite
Maître Gims évincé à cause de ses lunettes de soleil
vendredi 29 septembre 2017

L’artiste musicien congolais Gandhi Djuna célèbrement connu sur scène sous le nom de Maître Gims ne figurera pas parmi les membres du jury de la 7ème (...)
lire la suite
’’L’audace de dresser le front pour un autre Congo…’’ portée sur les fonts baptismaux
mercredi 27 septembre 2017

Le Professeur Isidore Ndaywel è Nziem a présenté officiellement son récent ouvrage le samedi 23 septembre dernier à Kinshasa. Intitulé ’’L’audace de (...)
lire la suite
" Rimes nationales. Slams colligés " porté sur les fonts baptismaux
lundi 25 septembre 2017

Le recueil de Jean-Benoît Junior Bokali Bandefu, intitulé " Rimes nationales. Slams colligés" a été porté sur les fonts baptismaux par la Déléguée (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

En attendant …Nikki Haley

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean Cocteau. Alors, gardons-nous de tout jugement. Essayons de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting