Elections : l’épine kasaïenne
jeudi 15 juin 2017

Dans la galaxie des opposants, il est de bon ton d’en appeler à la tenue des élections en décembre 2017. Comme il était de saison, l’année dernière, d’entonner le même refrain en y ajoutant que tout devait s’arrêter le 19 décembre à minuit. Et ce, sur un ton comminatoire qui ne laissait guère de place au moindre bémol. C’étaient des élections libres, transparentes et démocratiques dans le délai constitutionnel ou le départ de Joseph Kabila.
Ce discours très tendance faisait opposant. Il faisait même " peuple " dans certaines franges de l’opinion. Pas que. Dans certaines chancelleries et capitales occidentales, cette ode pour l’alternance valait pour son chantre tous les galons de "démocrate".
A mi- parcours de 2017, le même disque à succès se fait entendre. Les plus démocrates des acteurs politiques voient même ces élections… en novembre 2017 !
Posture, enchère, surenchère ? Il y a tout cela à la fois. Car, on ne voit pas comment les élections -alors les bonnes- peuvent se tenir à l’horizon décembre 2017. D’abord, trivialement, l’une des institutions cardinales issues de l’Accord de la Saint Sylvestre, à savoir le CNSA, n’est toujours pas mise sur pied.
Plus grave, comment boucler la révision du fichier électoral sans le Kasaï ? Sauf à faire l’impasse sur cette région du pays qui compte pas moins de quatre provinces. Inimaginable donc de poursuivre le processus électoral.
D’où, l’impérieuse nécessité de parachever la pacification de l’espace kasaïen. Ce qui relève de la responsabilité du Gouvernement. Mais pas seulement. Il appartient aux leaders d’opinions - acteurs politiques, chefs coutumiers, dirigeants religieux- de la région de contribuer au rétablissement du vouloir vivre ensemble.
Cette croisade citoyenne concerne tout le monde. En appoint aux efforts des pouvoirs publics, l’implication de la notabilité kasaïenne pourrait accélérer la normalisation "post-Kamwina Nsapu" .
Tiens, dans un passé pas très lointain, il y eut dans l’Est des caravanes de la paix et des barza intercommunautaires ! Pourquoi pas appliquer cette recette au centre du pays. José NAWEJ

Vivement le parler vrai
vendredi 20 octobre 2017

Entre deux courses pour la survie quotidienne, des chiffres, des formules, des slogans… reviennent comme en écho dans les oreilles du Congolais. (...)
lire la suite
Le revers de la personnification des enjeux du pays
jeudi 19 octobre 2017

Une question qui ne devrait pas en être une, mais qui en devient une, contexte zaïro-congolais oblige : qui a été élu au Conseil onusien des droits (...)
lire la suite
Un congrès à enjeu planétaire
mercredi 18 octobre 2017

Au moins autant que celle des Etats-Unis, la politique intérieure chinoise intéresse le vaste monde. Aujourd’hui plus qu’hier. D’où, l’intérêt (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
vendredi 13 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
En attendant …Nikki Haley
jeudi 12 octobre 2017

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean (...)
lire la suite
Encore et toujours l’Est
mercredi 11 octobre 2017

Kinshasa n’est pas le Zaïre, aimait à dire Mobutu dans toutes les langues. Cette citation culte du Maréchal-Président n’avait pas que son côté (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting