FACE AU DESORDRE AUTOUR DU PRIX DE TRANSPORT
Kinshasa : l’Hôtel de ville appelé à fixer la population
mercredi 14 juin 2017

Le transport en commun devient de plus en plus un casse-tête pour les Kinois. La cacophonie autour de la fixation du prix des courses dans la ville fait jaser. Devant le silence de l’autorité urbaine, les conducteurs des taxi-bus privés se payent la tête des clients. Ils s’imposent et fixent les prix à leur guise.

Dans certaines lignes, les prix des courses retouchés demeurent fixes. Dans d’autres, par contre, les clients sont livrés aux caprices des chauffeurs, selon les heures. Les clients sont ainsi appelés à débourser le double, sinon le triple du nouveau prix.
Qui plus est, le phénomène demi-terrain, lui, revient en force. Généralement, les conducteurs jouent sur la distance et le montant à payer. Ils choisissent un petit trajet qu’ils font payer au prix d’un long trajet. L’itinéraire Rond-point Ngaba-Super Lemba coûte 500 francs congolais au lieu de 350 francs.
Chose curieuse, même les bus "Esprit de vie" se livrent au demi-terrain. Comme, il est connu de tous que le trajet, quel qu’il soit, coûte 500 francs, ils en profitent. Ils couvrent de petites distances à 500 francs congolais.

HAUSSE DU CARBURANT
Le soubassement de cette situation, c’est en fait la dépréciation du franc congolais par rapport à la devise américaine. Mais, surtout l’augmentation du prix du carburant à la pompe. C’est cette dernière qui a mis de l’eau au moulin de nos conducteurs. Mais, il y a aussi la flambée générale des prix des biens de consommation et des services.
Les transporteurs privés ne veulent pas demeurer en reste. Or, il y a risque d’entrer dans un cercle vicieux . Si les chauffeurs disent être influencés par la hausse du prix du carburant. Une augmentation du tarif de transport, qui ne tient pas compte d’autres paramètres socio-économiques essentiels, pourraient à son tour entraîner une autre flambée généralisée des prix.

LA REACTION DE L’AUTORITE URBAINE
L’ampleur de la situation exige l’intervention de l’autorité urbaine. Même s’il n’est plus suivi, l’actuel barème tarifaire a été fixé par l’Exécutif provincial Jusqu’à un certain moment, il a permis de garder un équilibre.
D’où, l’attente de la population kinoise de voir l’Hôtel de ville intervenir pour remettre de l’ordre dans le secteur de transport urbain, indispensable dans l’organisation des activités des Kinoises et Kinois. Zephy VULA

Henri Yav s’est battu, à Washington, pour faire gagner à la RDC 22 millions USD du Fonds Okapi
lundi 16 octobre 2017

* Au pays, juste un décret du Premier ministre, d’ici au 31 octobre , suffirait pour « capturer » cette somme. Une manne si proche s’éloigne. (...)
lire la suite
Didier Musete sera-t-il réhabilité dans ses fonctions ?
lundi 16 octobre 2017

* Dans les travées de la SCPT, des langues se délient pour dire que le bon droit s’avère désormais un impératif. "Quelle que soit la longueur de la (...)
lire la suite
L’ASJICA consolide son partenariat avec l’Agence japonaise de coopération internationale
mercredi 4 octobre 2017

L’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) est déterminée à consolider son appui en République démocratique du Congo. Toschimichi Aoki, le (...)
lire la suite
Banque mondiale : la RDC attendue au forum sur les réformes énergétiques
mardi 26 septembre 2017

* Les ministres d’Energie d’Afrique centrale vont échanger sur l’avenir de leurs secteurs du 2 au 3 octobre au Cameroun. La Banque mondiale vient (...)
lire la suite
Ingele Ifoto confirme la reprise prochaine des travaux
lundi 25 septembre 2017

Bonne nouvelle. Le ministre de l’Énergie et Ressources hydrauliques, Jean-Marie Ingele Ifoto, son collègue de la Coopération au Développement, John (...)
lire la suite
La NCCN mobilise les PME le 5 octobre autour du ministre Liyota
jeudi 21 septembre 2017

La Nouvelle Chambre de Commerce Nationale de la République démocratique du Congo (NCCN-RDC) sera de nouveau à l’affiche le 5 octobre prochain, à (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

En attendant …Nikki Haley

Faudrait-il s’en formaliser, en pleurer ou… en rire ? « Juger, c’est refuser de comprendre » disait l’écrivain doublé d’académicien français, Jean Cocteau. Alors, gardons-nous de tout jugement. Essayons de (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting