MENACEE D’ARRET D’ACTIVITE SUITE AUX MULTIPLES DIFFICULTES CONJONCTURELLES
Sep-Congo : le Conseil d’administration lance la réflexion sur les stratégies
vendredi 9 juin 2017

* Me Célestin Tunda Ya Kasende fustige une activité informelle en plein essor dans le complexe Ouest.

Faut-il laisser la SEP-Congo mourir de sa belle mort au profit d’une activité parallèle en plein essor dans l’Ouest de la RD Congo ? Que faut-il faire pour sauver cette grande société anonyme face à la contrebande ? Quelles stratégies préconiser à SEP-Congo pour pouvoir faire face à la concurrence ? Voici donc, un échantillon de questions, sans être complet, mais qui a le mérite de résumer les préoccupations du Conseil d’administration de la société des Services des entreprises pétrolières du Congo (SEP-Congo). La menace est bien réelle. Les perspectives d’avenir sont bien sombres. Ainsi, prenant l’exacte mesure du danger, le Conseil d’administration de la SEP-Congo a pensé organiser deux jours de réflexion stratégique sur l’avenir de Sep-Congo. Commencées hier jeudi, ces réflexions vont se clôturer aujourd’hui vendredi 9 juin au Roméo Golf Kinshasa.

A l’ouverture des travaux dudit séminaire hier, les participants majoritairement des actionnaires de Sep-Congo, ont été édifiés par un état des lieux très enrichi par trois expositions. D’abord, le discours de l’ADG de Sep-Congo, M. François CREMA Deills. Ensuite, celui du Président du Conseil d’Administration, Me Célestin Tunda Ya Kasende. Puis finalement, la présentation du Document de travail par M. Bim Malembe, Directeur des Ressources humaines de Sep-Congo. Les trois exposés ont été immédiatement suivis des commentaires de quelques actionnaires de Sep-Congo, avant d’ouvrir le débat et poursuivre la réflexion en ateliers.
En liminaire de son speech, M. François CREMA Deills a rappelé que Sep-Congo a perdu ses repères dans un environnement complexe. Selon lui, les deux journées de réflexion stratégiques sur l’avenir de Sep-Congo doivent trouver des solutions aux enjeux et défis auxquels cette société anonyme fait actuellement face. Ce, compte tenu de multiples difficultés consécutives à la conjoncture économique de l’heure. Pour l’ADG de Sep-Congo, le défi consiste à réinventer une nouvelle Sep-Congo ! François CREMA Deills y croit. Il fonde ainsi son optimisme sur l’expertise de Sep-congo, reconnue à toutes les étapes.

LE PLAIDOYER TUNDA YA KASENDE

Conscient du " péril " lent mais certain de Sep-Congo, son PCA, Me Célestin Tunda Ya Kasenda pense cependant, qu’il faut briser le mur de lamentations et agir. Faisant un saut dans l’histoire très récente de SEP-Congo, il rappelle que celle-ci a été la seule à disposer d’une capacité de stockage pour tous les opérateurs économiques du secteur pétrolier. " Sep-Congo avait donc la quasi-totalité des parts de marché dans ce domaine et, elle était prospère ", rappelle l’orateur.
Contrairement à ces années d’embellie, les données actuelles offrent un tableau qui ne suggère pas un avenir radieux pour Sep-Congo. " Aujourd’hui, elle ne représente plus que l’ombre d’elle-même. Ses capacités de stockage se chiffrent à 40%, alors celles de nouveaux opérateurs dans le même secteur en RD Congo sont évaluées à 60%. Pas seulement. Sep-Congo a également perdu plus de 100.000 m3 de volume à l’Ouest où est concentré l’essentiel d’activité rentable pour Sep-Congo ", indique Me Tunda Ya Kasenda qui compare de ce fait, les données de 2013 avec celles de 2016.
Selon le Pca de Sep-Congo, cette baisse d’activité ne se situait, il y a peu, que dans les dépôts hors complexe pétrolier Matadi-Kinshasa. " Aujourd’hui, c’est effectivement l’Est, le Sud, le centre et le nord du pays qui sont aussi quasi totalement contrôlés par des opérateurs pétroliers indépendants et le marché parallèle",renchérit Me Tunda.
Par ailleurs, le Président du conseil d’administration de Sep-Congo insiste sur le fait que SEP-Congo assiste de plus en plus de nos jours, à l’arrivée sur le marché des produits en provenance des pays voisins comme l’Angola et le Congo-Brazzaville où le prix d’un litre d’essence est autour de 0,7$, contre 1,25$ en RD Congo. " C’est le phénomène LUFU, Moanda et toutes les localités riveraines du fleuve Congo dans l’ancienne province de l’Equateur ", tranche Me Tunda, avant de mettre en exergue le manque à gagner cela entraîne pour tous les opérateurs formels du secteur dont l’Etat congolais. Ce, en ce qui concerne la fiscalité pétrolière.
A cette activité informelle en pleine croissance, le même orateur ajoute l’implantation solide des autres opérateurs dans la logistique pétrolière à l’Ouest du pays. Etant donné que ce développement n’est pas lié au développement du marché, Me Tunda pense que seule la compétition déterminera la part du marché actuel que Sep-Congo est capable de conserver.
S’appuyant sur des données fiables du terrain, le PCA de Sep-Congo tape du poing sur la table, déclarant que celle-ci ne peut plus être la seule entreprise obligée à garder en état d’exploitation, des dépôts terrestres et d’aviation dans plusieurs localités de l’arrière-pays, au moment où la même Sep-Congo travaille à perte par manque d’activités. Et, parfois aussi sans concours de l’Etat, quant à la lutte contre la fraude et la contrebande. "Sep-Congo mérite, à défaut de ne travailler qu’à l’Ouest du pays, une rémunération compensatoire du service public rendu par la présence de ses installations sur la quasi-totalité du pays, sans rentabilité assurée", plaide Me Tunda Ya Kasende. Nous y reviendrons. Ci-contre, le discours du PCA de Sep-Congo, à l’ouverture des travaux dudit séminaire. Grevisse KABREL

FOI DU PRESIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION TUNDA

Deux jours pour sauver et pérenniser SEP-Congo

C’est un véritable appel à la sauvegarde et à la pérennité de SEP-Congo que Me Célestin Tunda Ya Kasende a lancé hier. Avec raison, car l’entreprise que le PCA qualifie avec beaucoup d’à-propos de " poumon économique du Congo " est menacée de toutes parts. Forum des As publie l’intégralité du plaidoyer de Me Célestin Tunda.

Excellence Monsieur le Ministre d’Etat et Ministre de l’Economie Nationale,
Excellence Madame la Ministre du Portefeuille,
Excellence Monsieur le Ministre des Hydrocarbures,
Excellence Monsieur le Ministre des Finances,
Monsieur le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat,
Monsieur le Directeur de Cabinet du Premier Ministre,
Mesdames, Messieurs les Secrétaires Généraux et Experts Techniques desdifférentes Institutions de l’Etat,

Messieurs les Représentants des Actionnaires de SEP Congo S.A.,
Messieurs les Membres du Conseil d’Administration de SEP Congo S.A,
Messieurs les Membres du Comité de Direction de SEP Congo,
Mesdames, Messieurs, Distingués invités, en vos titres et qualités respectifs,tout protocole respecté,
Nous vous remercions très sincèrement de votre présence à ces premières assises organisées par le Conseil d’Administration de SEP Congo, sous le haut patronage de Son Excellence Mme la ministre du Portefeuille, en vue de réfléchir et de trouver ensemble, des pistes de solutions aux enjeux et défis auxquels a société fais déjà face actuellement et qui peuvent mettre en péril son existence, si nous ne prenons pas de mesures courageuses de recadrage dès maintenant.
Je voudrais de prime à bord, et avec un sentiment de patriotisme rendre un vibrant hommage à son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Joseph KABILA KABANGE, qui est l’artisan du climat de la paix dans notre pays, climat sans lequel il serait impossible d’organiser ce séminaire de réflexion sur l’avenir de SEP Congo et sans lequel les initiatives de reconstruction en général n’auraient pas été entreprises en République Démocratique du Congo.
Au cours de ces assises de deux jours, nous allons vous présenter sommairement et pour débat, une situation sur le passé récent de l’entreprise, sa photographie actuelle et des sombres perspectives d’avenir consécutives à l’évolution probable des paramètres du marché, en notre possession.
Aussi sans hésitation, nous tous, Experts de l’Etat, Actionnaires, Administrateurs, Cadres et Représentants des travailleurs, nous devons yeux dans les yeux, comprendre et évaluer la situation exacte de SEP Congo pour en dégager des propositions des solutions appropriées.
Comme nous le savons tous, la SEP Congo était l’unique société de logistique de distribution pétrolière en République Démocratique du Congo. Elle était, il n’y a pas longtemps, la seule à disposer d’une capacité de stockage pour tous les opérateurs économiques du secteur. Elle avait donc la quasi-totalité des parts de marché dans ce domaine et, elle était prospère.
Aujourd’hui, elle ne représente plus que l’ombre d’elle-même :
- 40% de capacités de stockage et 60% pour des nouveaux opérateurs dans ce secteur en RDC ;
- Perte de plus de l00.000 m3 de volume si vous comparez l’année 2013 à l’année 2016 à l’Ouest où est concentrée l’essentielle d’activité rentable pour SEP Congo.
Cette baisse d’activité ne se situait, il y a peu, que dans les dépôts hors complexe pétrolier Matadi-Kinshasa. Aujourd’hui, c’est effectivement, l’Est, le Sud, le Centre et le Nord du pays qui sont quasi totalement contrôlés par des opérateurs pétroliers indépendants et le marché parallèle.
Mais, il faut désormais ajouter à la menace de perte des parts de marché, la zone Ouest avec une forte activité parallèle qui s’y développe et dont les conséquences sur le secteur de distribution des produits pétroliers en particulier et de toute l’économie nationale en général, est plus que néfaste.
Nous assistons de plus à l’arrivée sur le marché des produits en provenance des pays voisins comme l’Angola et le Congo-Brazzaville où le prix d’un litre d’essence est autour de 0,7 $ contre 1,25 $ chez nous. C’est le phénomène LUFU, Moanda et toutes les localités riveraines du fleuve dans l’ancienne province de l’Equateur.
Le manque à gagner pour tous les opérateurs formels du secteur dont l’Etat Congolais en ce qui concerne la fiscalité pétrolière particulièrement, pour ne pas évoquer les autres aspects fiscaux liés à ’activité et au résultat des entreprises, est très important. Nous y reviendrons dans la présentation que nous avons préparée pour ce séminaire.
Parallèlement à cette activité informelle en plein essor, nous assistons également à l’implantation solide des autres opérateurs dans la logistique pétrolière à l’Ouest du pays. Et comme ce développement n’est pas lié à la croissance du marché, la compétition seule va déterminer la part du marché actuel que nous sommes capable de conserver.
D’où la nécessité et l’urgence de définir une bonne fois et cette fois-ci, les règles du marché opposables à tous.
SEP Congo ne peut plus être la seule entreprise pratiquement obligée à garder en état d’exploitation, des dépôts terrestres et d’aviation dans plusieurs localités de l’intérieur du pays, alors qu’elle y travaille à perte par manque d’activités et parfois sans concours de l’Etat en ce qui concerne la lutte contre la fraude et la contrebande.
SEP Congo ne peut plus continuer à assurer la collecte de la fiscalité pétrolière sans en être rémunérée de la même façon que tous les autres Commissionnaires en douanes, pendant qu’elle mobilise l’essentiel de cette rentrée pour le Trésor Public.
SEP Congo, doit donc se recentrer autant que toute la concurrence sur son cœur de métier et dans les seules zones économiquement rentables, le Complexe Pétrolier de l’Ouest, à moins que cette fois-ci, l’Etat prenne conscience de l’accompagnement indispensable qu’il doit apporter à SEP Congo à cet effet.
SEP Congo mérite, à défaut de ne travailler qu’à l’Ouest du Pays, une rémunération compensatoire du Service Public rendu par la présence de ses installations sur la quasi-totalité du pays, sans rentabilité assurée.
C’est donc, Excellences, Mesdames et Messieurs au chevet de cette grande société congolaise que nous vous convions pendant ces deux jours de réflexion pour qu’ensemble et chacun en ce qui le concerne, nous prenions l’engagement de la sauver et de pérenniser ce poumon économique de la RDC.
Au nom de son Excellence, Madame la Ministre du Portefeuille, je déclare ouverts les travaux de réflexion stratégiques de SEPCONGO.
Je vous remercie.

Célestin TUNDA YA KASENDE

Président du Conseil d’Administration de SEP Congo

L’Entreprise Télécom couvrirait Orange RDC
vendredi 23 juin 2017

Selon des sources, Orange et Entreprise Télécom, deux entreprises françaises opérant dans le secteur des télécommunications en RDC se livreraient à un (...)
lire la suite
L’OGEFREM se dote d’un lexique et d’une banque de données
vendredi 23 juin 2017

Une double cérémonie a eu lieu, hier jeudi 22 juin, à l’Office de Gestion du fret multimodal (OGEFREM). Il s’agit du vernissage du livre intitulé : " (...)
lire la suite
BAD : Henri Yav propose la candidature de la RDC pour abriter le bureau régional
lundi 19 juin 2017

Le nouveau Directeur Général de la Banque Africaine de Développement (BAD) pour l’Afrique Centrale vient de séjourner en République démocratique du (...)
lire la suite
Kinshasa : l’Hôtel de ville appelé à fixer la population
mercredi 14 juin 2017

Le transport en commun devient de plus en plus un casse-tête pour les Kinois. La cacophonie autour de la fixation du prix des courses dans la (...)
lire la suite
La RDC prête à faire respecter la réforme du Guichet Unique Intégral du Commerce Extérieur
mercredi 14 juin 2017

La Société d’Exploitation du Guichet Unique du Commerce Extérieur (SEGUCE RDC) a tenu sa 16ème réunion du Comité directeur de la réforme, le lundi 12 (...)
lire la suite
Afriland First Bank CD s.a pour la continuité de l’activité de la Fibank
lundi 12 juin 2017

* La BCC prie tous les déposants de la FIBANK à poursuivre leurs opérations sous le label de l’Afriland First Bank CD s.a dès ce lundi 12 juin. La (...)
lire la suite
FORUM DES AS
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting