Dernière minute :
DEMANDEUR D’ASILE AU PAYS DE NELSON MANDELA
Le prophète J. Mukungubila arrêté, puis relâché hier en Afrique du Sud
vendredi 16 mai 2014

{{ * Bien que remis en liberté, l'instigateur des attaques de Kinshasa, Kindu et Lubumbashi devra à nouveau se présenter devant le juge le 15 juillet prochain. Joseph Mukungubila. A peine commençait-on déjà à l'oublier au sein de l'opinion en RDC, qu'il se remet sur la sellette. Cette fois-ci, à travers son arrestation immédiatement suivie de sa mise en liberté sous caution dans la banlieue sud de la ville de Johannesburg, en Afrique du Sud. Le tout s'est passé hier jeudi 15 mai 2014. La justice sud-africaine ne l'aura retenu que pendant quelques heures avant que le prophète recherché par Interpol ne regagne sa maison à Mondeor, dans la banlieue sud de Johannesburg, où il vit avec sa femme et ses enfants.}} C'est son avocat qui a livré l'information à la presse en affirmant : " Nous avons obtenu sa remise en liberté sous caution ", devant le tribunal d'instance de Johannesburg. Visé par un mandat d'arrêt international émis par Interpol, sur une plainte de la RDC, qui l'accuse d'avoir commandité des attentats contre plusieurs sites stratégiques congolais en décembre 2013, le prophète Joseph Mukungubila est demandeur d'asile en Afrique du Sud. Et ce, au moment où l'opinion commençait à l'oublier en RDC au point de se demander où il était passé depuis lors. Agé d'une cinquantaine d'années, ce pasteur avait été arrêté à l'aube par une escouade de policiers lourdement armés qui ont escaladé la clôture de sécurité de sa maison alors qu'il dormait. Après son arrestation, indique-t-on, le porte-parole du Gouvernement de la RDC, Lambert Mende Omalanga, avait déclaré : "Le Gouvernement de la République démocratique du Congo avait émis un mandat d'arrêt international. Et nous avons pu même avoir des contacts physiques avec nos homologues sud-africains parce que nos services l'avaient localisé en Afrique du sud. Et je crois que c'est cette vigilance et ce professionnalisme de nos services qui paient". Il y a deux mois environ, le Gouvernement rd-congolais avait dépêché une délégation en Afrique du Sud en vue d'obtenir l'extradition du pasteur Mukungubila accusé de meurtre, agression intentionnelle avec circonstances aggravantes, destruction volontaire, détention arbitraire et illégale. Mais, pour l'avocat sud-africain, Ashraf Essop, c'est sans précision ou rappel des faits auxquels se rattachent ces poursuites. Bien que relâché, l'incriminé devra de nouveau se présenter devant le juge le 15 juillet prochain. "Ils ne peuvent pas l'extrader, c'est illégal, car il bénéficie d'une protection provisoire et a le droit de rester dans le pays", réplique l'avocat du pasteur face à l'arrestation qui se basait sur la demande d'extradition du Gouvernement de la RD Congo. Car, poursuit-il, la demande d'asile a été faite en bonne et due forme, et son client a d'ailleurs reçu un récépissé. Pour sa part, Cédar Nziamboudi, un membre du bureau du pasteur, Joseph Mukungubila, parlait, non pas d'une arrestation, mais d'un "enlèvement ". Du côté de la RDC, on espère toujours que l’extradition du pasteur vers le territoire congolais aura lieu. Peut-être que cela sera possible si jamais sa demande d'asile était rejetée. Le ministre Lambert Mende avait souligné, au moment de l'arrestation de Joseph Mukungubila : "Cela prend un peu de temps parce qu'il a prétendu ne pas parler l'anglais, alors qu'il vit dans ce pays depuis plus de 12 ans. Mais soit. On a trouvé un interprète et d'ici 24 ou 48h, nous aurons la décision finale du juge sud-africain". Joseph Mukungubila est accusé par le Gouvernement d'être le présumé instigateur de la brève prise d'otage opérée en direct à la télévision nationale le 30 décembre 2013. Plusieurs individus ayant participé à cette prise d'otage sont morts à la suite de l'attaque armée opérée par les forces de l'ordre pour reprendre le contrôle de ce média. Le même jour, d'autres assaillants qui revendiquaient leur appartenance à l'église de Paul Mukungubila avaient attaqué l'aéroport de Kindu dans l'Est de la RDC, alors qu'à Kinshasa, l'aéroport et l'état-major de l'armée étaient également pris d'assaut. {{ M. M.}}
Les "31 invalidés" : Mabunda se propose de voir Fatshi pour une solution politique !
vendredi 23 août 2019

Les 31 députés nationaux invalidés par la Cour constitutionnelle continuent leur combat pour avoir gain de cause et renverser la vapeur. La speaker (...)
lire la suite
La publication du gouvernement et la MVE au menu des échanges entre Jeanine Mabunda et Leila Zerrougui
vendredi 23 août 2019

La représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC et cheffe de la MONUSCO était hier au cabinet de la Présidente de l'Assemblée (...)
lire la suite
Le futur de la Snel divise
vendredi 23 août 2019

*Pour le Conseiller Principal du Chef de l'Etat en charge des Mines et Energie, il n'a pas été dit que cette entreprise publique ne sera (...)
lire la suite
Ensemble exhorte les députés à prendre des initiatives idoines contre la corruption
vendredi 23 août 2019

La situation actuelle en RD Congo est caractérisée, notamment, par une grogne généralisée consécutive à la précarité sociale, la modicité des salaires (...)
lire la suite
Kagame et Museveni signent la paix de braves à Luanda
jeudi 22 août 2019

Le Chef de l'Etat rwandais, Paul Kagame et son homologue ougandais Yoweri Kaguta Museveni, ont signé un mémorandum d'entente portant normalisation (...)
lire la suite
" Cas Bahati " : La fédération de l’AFDC-A Sud-Kivu épingle Néhémie Mwilanya
jeudi 22 août 2019

Aux yeux de la fédération de l'AFDC-A Sud-Kivu, la " crucifixion " de Modeste Bahati Lukwebo a un concepteur et metteur en scène : Néhémie Mwilanya. (...)
lire la suite
FORUM DES AS
editorial

Juste une question d’heures…

Rien ne s'est finalement passé hier jeudi. Le soleil s'est levé et s'est couché le plus naturellement du monde. Pas de publication du gouvernement tant attendu par la Ville, le Pays, l'Afrique et (...)

lire la suite

Annonces
Ban_pub
Copyright © FORUM DES AS 2013 - Design by MConsulting